Accueil Famille Comment puis-je arrêter d’aller chez mon père ?

Comment puis-je arrêter d’aller chez mon père ?

Sortir de la maison de maman et de papa pour commencer votre propre chemin est l’une des meilleures choses à propos de grandir.

Et bien sûr, cela implique la liberté et l’émotion, mais (chí, il y a le mais ) aussi la responsabilité et la planification parce que… vous ne voulez pas revenir à eux bientôt, n’est-ce pas ?

A lire aussi : Pourquoi les FAC ne payent-elles pas pour le premier mois ?

Nous en avons un bon et un mauvais : la bonne, c’est que presque tout est entre vos mains pour ne pas revenir.

Tchèque : Impôts pour les débutants : comment s’inscrire, facturer et déclarer

A voir aussi : Comment puis-je émigrer en Angleterre ?

Plan de l'article

La mauvaise chose est que (… tambours…) le contexte dans lequel nous vivons, les bas salaires et la précarité du travail (nous en parlons déjà ici) n’ont fait qu’compliquer l’indépendance.

« Vous pouvez blâmer une génération, qui ne prévoit pas, ne valorise pas, mais plutôt c’est le résultat de tendances de fond et d’un contexte différent  », explique Antoine Perouze, fondateur de Dadaroom.com, et assure que bien que cette génération planifie bien, très probablement dans leurs premières années de vie professionnelle est laissée hors du travail, ne peut pas obtenir un ou incapable de faire face au prix élevé du logement par rapport aux bas salaires.

Wormies, ça ne semble pas encourageant.

« C’est la nouvelle configuration globale », résume le spécialiste.

Génération boomerang ?

Aha, comme vous le lisez, qui existe et est la génération qui n’a eu d’autre choix que de retourner au nid familial et est un phénomène qui a été étudié au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Pourquoi rentrent-ils chez leurs parents ? Principalement pour des raisons économiques.

Intéressé par : Comment sortir de la dette, un manuel détaillé pour guérir votre portefeuille

Au Mexique, il y a peu d’informations à ce sujet, mais une étude récente de Dadaroom.com a révélé que 46% des jeunes qui ont quitté la maison ont dû rentrer.

Un autre exercice similaire Vivanuncios fait pointe vers quelque chose de similaire : 42 % des jeunes Mexicains qui ont quitté le domicile de leurs parents pour la première fois ont dû y retourner.

Les raisons se rapportent, dans la plupart des cas, à l’économie : 37 % étaient restés sans travail, 32% n’avaient plus d’argent pour payer le loyer.

Le reste se sentait seul (21 %) ou n’aime pas vivre avec des colocataires et c’est pourquoi il est rentré chez lui (10 %).

Les données de Dadaroom.com correspondent. Les jeunes rentrent chez eux parce qu’ils n’avaient plus d’argent pour payer le loyer et les dépenses connexes (liés à une mauvaise planification) ou parce qu’ils n’avaient plus d’emploi.

Mais accrochez-vous, nous ne voulons pas vous décourager. Il y a plusieurs hacks pour diminuer les chances de retour au nid.

Illustration : IG @driu .walls/ @re_ilustrador

Changer la puce

« Dès que vous décidez de vivre seul, vous devez changer vos priorités. Ne plus vous pouvez donner la priorité au voyage ou au départ avec des amis ou le restaurant, maintenant c’est pour répondre à vos besoins », explique Sonia Sánchez Escuer, spécialiste des finances personnelles, auteur de blogylana.com et le livre Diario de un oveja financiera.

Gardez un œil sur : je dois produire des impôts, mais… que puis-je déduire ?

C’ est un changement de puce mentale que vous devez faire depuis avant de quitter la maison de vos parents et qui comprend la création d’habitudes comme l’épargne .

Il ne s’agit pas d’économiser deux mois avant et prêt, mais de faire en sorte que vous ne le ressentiez même plus. Combien de temps est-ce juste ? La recommandation des spécialistes est que vous le faites au moins un an.

Si pendant un an vous pouvez économiser au moins 5% de votre salaire — dans un monde idéal ce serait pour vous d’atteindre jusqu’à 20% ou 30% — de manière constante, c’est presque certainement déjà devenu une habitude, explique. Sonia.

Illustration : IG @driu .walls/ @re_ilustrador

Pour quitter la maison de vos parents : planifier

Tu es déjà lourd, Animal MX  ! On dirait que ça l’est, mais caalma. Nous vous promettons que ce sont des conseils qui peuvent vous aider.

Continuons : parallèlement au changement de priorités et à l’habitude d’épargner, la planification n’est pas seulement à court terme mais à moyen terme, car elle vous aidera à vous préparer à ce que vous avez prévu d’arriver, mais aussi à ce qui ne l’est pas.

Découvrez ce que nous avons écrit pour vous : Comment commencer à économiser pour ne pas quitter la quinzaine

« Sortir de la maison des parents non seulement implique de payer un loyer, mais ils doivent payer les services, le transport, les frais de surprise. Être indépendant signifie devenir adulte, ce qui vous oblige aussi à vous préparer à des événements imprévus. Donc, la première chose est de planifier votre budget », dit Antoine de Dadaroom.com.

Hé, ça n’a pas l’air marrant. Mais on te promet qu’il est cool.

Allez-y et soulevez des scénarios : Que se passerait-il si vous manquez d’emploi ? Et si vous n’obtenez pas l’augmentation que vous attendez ? Et si l’un de vos colocataires décide de partir très peu à l’avance ?

La réponse à toutes ces questions conduit généralement à une question que vous n’avez pas à manquer : non seulement vous devez avoir des économies comme habitude, mais vous devez avoir une bonne somme d’argent économisée à l’avance pour faire face à tous ces événements imprévus qui peuvent survenir.

La recommandation serait, dans le monde idéal, de disposer d’un fonds d’urgence qui couvre toutes vos dépenses dans un délai de trois mois. Si possible, vous pouvez l’étendre, beaucoup mieux.

Illustration : IG @driu .paredes/

@re_ilustrador « Nous ne recommandons pas qu’une personne tire sa tête pour vivre le jour le jour. Financièrement, c’est fou », explique Mariano Balcarce, directeur du développement commercial chez Vivanuncios, le portail immobilier d’eBay.

En ce qui concerne la comptabilité, vous devez connaître les coûts de chaque catégorie lorsque vous vivez seul.

Nous recommandons : Étudier dans une autre ville : le déménagement qui arrive après l’école

Calculez combien vous dépenseriez :

  1. Dans la nourriture, net faire une super liste.

  2. Transport.

  3. Services tels que l’électricité, le gaz, etc. (si vous ne l’avez pas clairement demandez à quelqu’un qui vit déjà seul).

  4. Louer.

En ce sens, un point très important à prendre en charge est que votre loyer ne consommera pas plus de 30% de votre Revenu — certains spécialistes comme Balcarce recommandent de ne pas dépasser 25 % — car cela peut très probablement entraîner des dépenses pour manger votre commandement et finir par rentrer à la maison pour une mauvaise planification.

À partir du calcul de ce chiffre, vous pourriez déjà voir où vous pouvez vivre et si vous pouvez vivre seul ou vous devrez partager ou chercher une autre alternative (comme augmenter votre revenu) pour y parvenir.

Checa : Comment fait-on l’écart entre les sexes dans les festivals mexicains ? Ici, nous vous disons

Maintenant, calculez quel pourcentage de votre salaire est et gardez-le à l’esprit lorsque vous cherchez un endroit où vivre.

Et le reste de mes revenus ?

Là-bas, on y va. Bien qu’il n’y ait pas de critère fixe, il doit être organisé.

Bien que les pourcentages varient d’un spécialiste à l’autre, vous pouvez diviser votre revenu comme ceci : 70 % aux frais courants — en fonction du revenu, de vos dépenses fixes et de vos variable— et 30% l’épargnez.

Avec cette référence, vous pouvez ajuster les pourcentages à vos propres besoins, mais ce que vous n’avez pas à oublier, c’est que vous continuez d’économiser non seulement avant le déménagement, mais aussi de le garder comme une habitude.

« Être indépendant signifie avoir la capacité de faire face à votre quotidien sans le soutien du noyau familial, ce qui vous oblige à vous préparer aux décisions », explique Antoine.

Illustration : IG @driu .walls/ @re_ilustrador

Colocataires ou pas ?

Aujourd’hui, le partage de l’appartement est une alternative très recherchée par ceux qui quittent à peine la maison parce que, en répartissant les dépenses entre plusieurs, le fardeau de vivre seul diminue, surtout pour la première fois.

« Il est recommandé de remplacer le soutien familial par un soutien amical. Il ne remplace pas une famille et ce n’est pas l’idée non plus, mais il peut fournir le soutien et la flexibilité nécessaires pour franchir le pas », explique le spécialiste Dadaroom.com.

Certains spécialistes disent que choisir un colocataire est presque comme choisir un couple. Vous devez être attentif à beaucoup de détails de leur personnalité afin qu’ils puissent vivre ensemble une bonne expérience.

L’ une des recommandations est que vous recherchez des chambres qui sont similaires dans les coutumes.

Lors de la location d’un bien immobilier, il est conseillé de conseiller un agent immobilier — pour éviter la fraude — et dans le cas d’avoir des chambres, de conclure un contrat partagé pour que chacun puisse être responsable, recommande Mariano de Vivanuncios, le portail immobilier d’eBay.

Bien sûr, établir des règles claires avant de commencer cette aventure est essentielle, car cela réduira le risque que l’expérience ne sera pas agréable et vous devez retourner à la maison de vos parents comme il est arrivé à 10% des répondants Vivanidos qui ont dû revenez.

Astuce bonus

Avant de quitter la maison se débarrasser de votre dette, parce que garder une maison et rembourser des dettes peuvent devenir un cauchemar.

Un autre conseil est de vous donner un vrai coup d’avance : payer un loyer à vos parents et/ou prendre en charge les frais de nourriture et de services, car cela vous aidera à vous donner une idée de ce que ça va être quand vous vivez seul, recommande Sonia.

Illustration : IG @driu .walls/ @re_ilustrador

ARTICLES LIÉS