Accueil nature Comprendre la biodiversité

Comprendre la biodiversité

Le déclin rapide de la biodiversité, plus rapide que jamais dans l’histoire, avec un million d’espèces menacées d’extinction, dont plusieurs en quelques décennies, a suscité des inquiétudes dans le monde entier et les scientifiques sont captivés par les mesures de transformation nécessaires pour sauver nos systèmes naturels.

La Convention sur la diversité biologique (CDB) a été créée pour protéger la vie sur terre et servir de base à tout débat sur l’environnement. Les Nations unies ont déclaré la décennie « Décennie internationale de la biodiversité ». Cependant, la plupart des pays n’ont pas pris de mesures judicieuses pour protéger la richesse et veiller à ce que la décennie touche à sa fin cette année. Une nouvelle conférence prévue en octobre va-t-elle mettre au point une stratégie avec des objectifs précis, dans le contexte où la Journée mondiale de l’environnement a choisi « Biodiversité » comme thème, ce qui indique l’orientation du sujet en 2020 ?

A lire aussi : Comment préserver la nature ?

La culpabilité de l’humanité dans ce que de nombreux scientifiques croient être une urgence planétaire a été réaffirmée par un intergouvernemental détaillé et déprimant Science Policy Platform on Biodiversity & Ecosystem Services (IPBES) rapport d’experts internationaux, basé sur des milliers d’études scientifiques dont les résultats sont en effet assez sombres.

Un rapport important publié par l’Intergouvernementale Science Policy Platform on Biodiversity & Ecosystem Services (IPEBS) en 2019 a révélé qu’en moyenne 25 % de toutes les espèces animales et végétales évaluées sont menacées d’extinction, nombre d’entre elles en quelques décennies. Cela se traduit par environ 1 million d’espèces qui sont menacées d’extinction si des mesures urgentes et drastiques ne sont pas prises pour les protéger. De plus, le rapport 2020′ publié récemment sur l’état des oiseaux de l’Inde a montré que si notre paon national se porte bien, plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux sont menacées d’extinction.

A lire aussi : Comment préserver et économiser l'eau ?

Il convient également de mentionner que le Rapport mondial d’évaluation sur la biodiversité et les services écosystémiques de l’IPBES, établi l’an dernier par 145 experts/auteurs de 50 pays, avec la contribution de 310 auteurs contributeurs au cours des trois dernières années, est un autre un rapport exhaustif qui a été achevé et qui s’appuie sur l’évaluation historique des écosystèmes du millénaire de 2005, en introduisant des méthodes novatrices d’évaluation des données probantes. Le rapport évaluait les changements survenus au cours des cinq dernières décennies, offrant une vue d’ensemble de la relation entre les voies de développement économique et leurs impacts sur la nature, et propose une gamme de scénarios possibles pour les décennies à venir.

La biodiversité garantit la durabilité naturelle de toute la vie sur la planète. Par exemple, des cultures plus abondantes et de l’air plus frais. Plus de 3 milliards de personnes dépendent de la biodiversité marine et côtière, tandis que plus de 1,6 milliard de personnes dépendent des forêts pour leur subsistance. La perte de biodiversité affecte la vie de plus d’un milliard de personnes vivant dans les zones arides. Ainsi, la diversité biologique continue de faire l’objet d’intenses recherches pour étudier et approfondir nos connaissances, puisque seulement 1,3 million d’espèces de plantes et d’animaux sur environ 10 millions d’espèces ont été identifiées jusqu’à présent.

La recherche est en cours sur économiques de la richesse biologique, qui n’est malheureusement pas bien diffusée dans les débats sur l’environnement et le développement. Bien qu’il existe une vague compréhension de la multiplicité des espèces sur la planète Terre, il n’y a pas de clarté quant à la façon dont cette diversité donne la stabilité à la vie et fournit également des services écosystémiques aux villageois et aux citadins. Un livre intitulé « La Sixième Extinction » d’Elizabeth Kolhert, publié il y a quelques années, met en garde contre une suite dévastatrice avec des espèces végétales et animales sur terre et mer disparaissant rapidement et leurs habitats détruits par les activités humaines.

En Inde, il est ironique qu’il ait été le premier pays à promulguer une loi sur la biodiversité en 2002 et que l’Autorité nationale de la biodiversité ait été créée un an plus tard. La Loi repose sur trois objectifs de la CDB : la conservation de la biodiversité, l’encouragement de son utilisation durable et l’assurance que les avantages découlant de son utilisation sont équitablement partagés avec ceux qui ont contribué à la conservation de la biodiversité du pays la richesse. Il a mis en place une structure à trois niveaux pour gérer la diversité biologique et il existe des conseils d’État sur la biodiversité dont certains ont même des comités sur la biodiversité dans de nombreux organismes locaux.

Des tentatives internationales ont été faites pour mesurer les avantages économiques de la biodiversité. Un rapport intitulé « L’économie des écosystèmes et de la biodiversité » (TEEB) a estimé les avantages de 3,7 billions de dollars américains pour éviter les émissions de gaz à effet de serre grâce à la conservation des forêts, qui n’est qu’une fonction de service écosystémique de la biodiversité.

Un nouvel instrument intitulé Réduire les émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (REED) a été introduit lors de la conférence de Copenhague en 2009 pour canaliser les fonds destinés à la préservation des forêts. Mais peu de progrès ont été réalisés depuis et le défrichement des forêts et la destruction des zones humides se poursuivent dans le monde entier.

La diversité naturelle sous la forme des cultures vivrières et de la structure des terres a été à la base de la recherche agricole et de la sécurité alimentaire de la population. Les experts conviennent que la population actuelle de 7 à 8 milliards d’habitants et son rythme rapide de croissance auraient besoin d’au moins quatre planètes pour leur offrir un mode de vie habitable. La solution évidente pour résoudre les problèmes actuels réside dans les agrobiotechnologies en mélangeant et en faisant correspondre des caractères génétiques de l’intérieur et de l’extérieur de l’espèce ; cela pourrait être le moteur de la croissance agricole mondiale, y compris celle de l’Inde, et de l’augmentation de la productivité.

En outre, les industries pharmaceutiques et biotechnologiques tirent leurs molécules uniques de la diversité biologique naturelle. Cette diversité est à la base du secteur pharmaceutique. Environ 25 à 35 %, sinon plus, du marché pharmaceutique de 649 milliards de dollars, provient des ressources génétiques. La bio-prospection et le processus de recherche de gènes végétaux et animaux doivent être adaptés en Inde, car le marché devrait passer d’environ 60 à 70 millions de dollars actuellement à 300 millions de dollars.

L’ Inde a une distinction unique dans ce secteur, car les entreprises font des les investissements dans la bio-fabrication pour entrer sur les marchés mondiaux et les entités pharmaceutiques mondiales se tournent vers nous comme leur base de fabrication. Un autre rapport publié il y a quelques années, indique que la Chine détient 8,5% de la concentration mondiale des capacités et de l’emploi, l’Inde 8% et le Japon et certains autres pays asiatiques 9,2%. Ces zones ont connu une croissance rapide de la capacité de production biologique supérieure à la moyenne mondiale.

Étant donné les énormes avantages économiques de la diversité biologique dans notre vie quotidienne, le gouvernement doit être sérieux, étant donné que la population est énorme et que la pollution augmente. Alors que Delhi tire son eau potable de l’Himalaya, Mumbai et Bengaluru l’obtiennent des Ghats occidentaux et Chennai dépend également des Ghats pour piéger et libérer l’eau dans la rivière Krishna.

Entre-temps, un document intitulé « Global Deal for Nature » (publié dans Science Advances en avril 2019) recommandait une double augmentation de la superficie des terres protégées et un quadruplement des réserves marines au cours de la prochaine décennie. Si les politiques sont rigoureusement appliquées, il pourrait effectivement mettre en quarantaine environ 30 % des terres et des océans du monde.

Une nouvelle stratégie mondiale en matière de biodiversité pour la prochaine décennie sera adoptée lors de la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité, qui se tiendra en Chine en octobre. L’adoption d’un cadre mondial pour la biodiversité et de nombreuses autres questions, qui visent à assurer l’équilibre de la vie dans cet écosystème — bactéries aux plantes, animaux, oiseaux, etc. — doivent être discutées. Un objectif plus long pour 2050 appelé « Vivre en harmonie avec la nature » doit être décidé.

En conclusion, la biodiversité étant subjective et le manque de sincérité de la part des organismes d’exécution, les objectifs n’ont pas donné de résultats. Toutefois, s’il y a détermination à mettre en œuvre la stratégie adoptée lors de cette conférence, des objectifs pourraient être atteints et il pourrait être possible d’établir un certain équilibre entre le poids des humains, des animaux domestiques et des espèces sauvages. Le défi est en effet assez grave et les gouvernements nationaux, y compris l’Inde, auraient besoin de pour décrire les mesures spécifiques qu’ils prendront pour maintenir l’équilibre global de la température, de l’eau et de l’air.

ARTICLES LIÉS