Influencer la santé par la pensée

Pensez-y. Ton cerveau est toujours « sur ». Il prend soin de vos pensées et de vos mouvements, de votre respiration et de votre rythme cardiaque, de vos sens — il fonctionne dur 24/7, même pendant que vous dormez. Cela signifie que votre cerveau a besoin d’un approvisionnement constant en carburant. Ce « carburant » provient des aliments que vous mangez — et ce qu’il contient fait toute la différence. Autrement dit, ce que vous mangez affecte directement la structure et la fonction de votre cerveau et, en fin de compte, votre humeur.

Comme une voiture chère, votre cerveau fonctionne mieux quand il n’obtient que du carburant premium. Manger des aliments de haute qualité qui contiennent beaucoup de vitamines, de minéraux et d’antioxydants nourrit le cerveau et le protège du stress oxydatif — les « déchets » (radicaux libres) produits lorsque l’organisme utilise de l’oxygène, ce qui peut endommager les cellules.

A lire aussi : Comment contrôler sa voiture rapidement ?

Malheureusement, tout comme une voiture chère, votre cerveau peut être endommagé si vous ingérez autre chose que du carburant premium. Si les substances provenant du carburant « de faible qualité » (par exemple, ce que vous obtenez des produits transformés ou raffinés aliments) arriver au cerveau, il a peu de capacité à se débarrasser d’eux. Les régimes riches en sucres raffinés, par exemple, sont nocifs pour le cerveau. En plus d’aggraver la régulation de l’insuline de votre corps, ils favorisent également l’inflammation et le stress oxydatif. De nombreuses études ont révélé une corrélation entre un régime alimentaire riche en sucres raffinés et une altération de la fonction cérébrale — et même une aggravation des symptômes de troubles de l’humeur, comme la dépression.

C’ est logique. Si votre cerveau est privé d’une nutrition de bonne qualité, ou si des radicaux libres ou des cellules inflammatoires nuisibles circulent dans l’espace clos du cerveau, ce qui contribue davantage à la lésion du tissu cérébral, il faut s’attendre à des conséquences. Ce qui est intéressant, c’est que pendant de nombreuses années, le domaine médical n’a pas pleinement reconnu le lien entre l’humeur et la nourriture.

A lire également : Comment choisir un concessionnaire automobile ?

Aujourd’hui, heureusement, le domaine en plein essor de la psychiatrie nutritionnelle constate qu’il y a de nombreuses conséquences et corrélations entre non seulement ce que vous mangez, ce que vous ressentez, et comment vous vous comportez finalement, mais aussi les types de bactéries qui vivent dans votre intestin.

Comment les aliments que vous mangez affectent votre ressenti

La sérotonine est un neurotransmetteur qui aide à réguler le sommeil et l’appétit, à médier les humeurs et à inhiber la douleur. Comme environ 95% de votre sérotonine est produite dans votre tractus gastro-intestinal, et que votre tractus gastro-intestinal est bordée de cent millions de cellules nerveuses, ou neurones, il est logique que le fonctionnement interne de votre système digestif ne vous aide pas seulement à digérer les aliments, mais aussi à guider vos émotions. De plus, la fonction de ces neurones — et la production de neurotransmetteurs comme la sérotonine — est fortement influencée par les milliards de « bonnes » bactéries qui composent votre microbiome intestinal. Ces bactéries jouent un rôle essentiel dans votre santé. Ils protègent la muqueuse de vos intestins et assurent une forte barrière contre les toxines et les « mauvaises » bactéries ; ils limitent l’inflammation ; ils améliorent la façon dont vous absorbez et ils activent les voies neuronales qui se déplacent directement entre l’intestin et le cerveau.

Des études ont comparé les régimes « traditionnels », comme le régime méditerranéen et le régime traditionnel japonais, à un régime typique « occidental » et ont montré que le risque de dépression est inférieur de 25 à 35 % chez les personnes qui consomment un régime traditionnel. Les scientifiques expliquent cette différence parce que ces régimes traditionnels ont tendance à être riches en légumes, fruits, céréales non transformées, poissons et fruits de mer, et ne contiennent que de modestes quantités de viandes maigres et de produits laitiers. Ils sont également vides d’aliments transformés et raffinés et de sucres, qui sont des aliments de base du régime alimentaire « occidental ». De plus, bon nombre de ces aliments non transformés sont fermentés et agissent donc comme des probiotiques naturels.

Cela peut vous sembler invraisemblable, mais la notion que les bonnes bactéries non seulement influencent ce que votre intestin digère et absorbe, mais qu’elles affectent également le degré d’inflammation dans tout votre corps, comme ainsi que votre humeur et votre niveau d’énergie, gagne en traction parmi les chercheurs.

Psychiatrie nutritionnelle : Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Commencez à faire attention à ce que vous ressentez de manger différents aliments — pas seulement dans le moment, mais le lendemain. Essayez de manger un régime « propre » pendant deux à trois semaines, ce qui signifie couper tous les aliments transformés et le sucre. Voyez ce que vous ressentez. Ensuite, introduisez lentement des aliments dans votre alimentation, un par un, et voyez ce que vous ressentez.

Lorsque certaines personnes « nettoient », elles ne peuvent pas croire à quel point elles se sentent mieux à la fois physiquement et émotionnellement, et à quel point elles ressentent alors lorsqu’elles réintroduisent les aliments qui sont connus pour améliorer l’inflammation.