L’influence des critiques sur le physique

Ce résumé de recherche, publié à l’origine en mai 2019, a été mis à jour pour inclure une récente revue systématique et une méta-analyse portant sur les effets du temps d’affichage sur le rendement scolaire.

Les visions des enfants idylliques passent à jouer dans les champs et à jouer dans les pâturages ; pour beaucoup d’enfants, l’herbe verte a été remplacée par des écrans de smartphone.

Lire également : Comment protéger la santé publique ?

En fait, des recherches récentes montrent que 63 % des enfants aux États-Unis passent plus de deux heures par jour à l’écran récréatif.

Cela est en dépit des directives officielles de l’American Academy of Pediatrics, qui recommande moins d’une heure par jour de temps d’écran pour les enfants âgés de 2 à 5 ans, et, pour les enfants plus âgés, des « limites cohérentes » sur le temps d’écran et la priorisation du sommeil, de l’activité physique et d’autres activités en bonne santé comportements sur l’utilisation des médias. Juste le mois dernier, l’Organisation mondiale de la santé a publié des directives sur le sujet, soulignant que les enfants âgés de 2 à 4 ans ne devraient pas avoir plus d’une heure du temps d’écran par jour.

A lire également : Huile de coton : tous les avantages pour la santé

L’ omniprésence des écrans et leur importance dans la vie quotidienne ont suscité des critiques et des préoccupations, avec Melinda Gates, vétérane et philanthrope de Microsoft, écrivant sur le fait de ne pas être « préparé pour les smartphones et les médias sociaux » en tant que parent et les manchettes des nouvelles se demandant si les smartphones ont « détruit une génération ».. »

Mais que dit la recherche ? Ce tour d’horizon examine les effets du temps d’écran sur la santé des enfants. Les études vont de l’enfance à l’adolescence et se concentrent sur des sujets tels que le sommeil, les progrès du développement, la dépression et les interventions réussies pour réduire le temps d’affichage.

Le temps d’écran est associé à des problèmes d’inattention chez les enfants d’âge préscolaire : résultats de l’étude de cohorte de naissance chez les enfants Tamana, Sukhpreet K. ; et coll. PLOS ONE, avril 2019.

Cette étude analyse les données communiquées par les parents sur le temps d’examen et les problèmes comportementaux comme l’inattention et l’agressivité pour un échantillon de 2 322 personnes d’âge préscolaire au Canada les enfants. Les chercheurs ont constaté que plus de 13 % des enfants de l’échantillon étaient exposés à plus de deux heures d’écran chaque jour, y compris regarder la télévision et les DVD, jouer à des jeux vidéo ou utiliser un ordinateur, une tablette ou un appareil mobile. Les effets : Les enfants qui ont été exposés à plus de temps d’écran « ont montré une augmentation significative des problèmes de comportement à cinq ans », écrivent les auteurs. « En bref, les enfants qui ont regardé plus de 2 heures de temps à l’écran par jour avaient augmenté les scores d’externalisation [p. ex. attention et comportement], d’internalisation [p. ex. anxiété et dépression] et de problèmes de comportement totaux comparativement aux enfants qui ont regardé moins de 20 minutes. » Des problèmes d’attention, en particulier, étaient apparents chez les enfants qui disposaient de plus de deux heures d’écran par jour.

L’ utilisation d’un périphérique multimédia mobile est associée à un retard de langage expressif chez les enfants de 18 mois van den Heuvel, Meta ; et coll. Journal de pédiatrie développementale et comportementale, 2019.

Les tout-petits qui utilisent quotidiennement des appareils mobiles sont plus nombreux d’après une analyse des données déclarées par les parents sur 893 enfants dans la région du Grand Toronto au Canada. Alors que 78 % des parents ont dit que leurs enfants ne passaient pas de temps sur des appareils mobiles, les 22 % restants ont déclaré une plage de 1,4 à 300 minutes par jour, avec une médiane de 15,7 minutes.

Au total, 6,6 % des parents ont déclaré des retards dans la parole expressive (c.-à-d. tardivement pour commencer à parler). La prévalence d’autres retards de communication, tels que le manque d’utilisation des gestes et le regard oculaire, était de 8,8 %. Les chercheurs ont constaté une association positive entre l’utilisation d’appareils mobiles et les retards de parole expressifs. « Une augmentation de 30 minutes par jour de l’utilisation des appareils multimédias mobiles a été associée à un risque 2,3 fois plus élevé de retard de parole expressif rapporté par les parents », écrivent les auteurs. Les autres retards de communication n’ont pas été liés à l’utilisation de l’appareil. Les chercheurs suggèrent que le lien entre l’utilisation de l’appareil et les retards de la parole expressive pourrait s’expliquer par le fait que des recherches antérieures ont montré que les nourrissons « ont difficulté à appliquer ce qu’ils apprennent dans différents contextes. » Une autre explication est que ces enfants qui passent plus de temps avec des appareils pourraient être moins exposés à la parole de la part des aidants naturels.

Association entre le temps de dépistage et le rendement des enfants lors d’un test de dépistage du développement Madigan, Sheri ; et coll. JAMA Pédiatrie, mars 2019.

Le temps d’écran est-il préjudiciable au développement de l’enfant ? Cette étude examine les données recueillies auprès de 2 441 mères et enfants au Canada à trois moments différents — lorsque les enfants avaient 2, 3 et 5 ans. Les chercheurs se sont intéressés par le nombre total d’heures consacrées par les enfants à regarder les écrans chaque semaine ainsi que par leurs progrès dans divers domaines de développement tels que la motricité fine, la communication et la résolution de problèmes. Durée moyenne de l’écran pour les groupes d’âge visés par l’étude : 17, 25 et 11 heures de télévision par semaine pour les enfants de 2, 3 et 5 ans, respectivement.

Les chercheurs ont constaté que les enfants qui ont passé plus de temps à regarder des écrans à l’âge de 2 et 3 ans ont fait pire lors des tests de développement aux moments suivants de 3 et 5 ans. « À notre connaissance, la présente étude est la première à fournir la preuve d’une association directionnelle entre le temps de dépistage et la mauvaise performance des tests de dépistage du développement chez les très jeunes enfants », écrivent les auteurs.

Les chercheurs suggèrent que le temps de dépistage excessif entraîne des retards de développement plutôt que l’inverse — ce qui nie l’idée que les enfants ayant des retards de développement peuvent recevoir plus de temps à l’écran pour gérer leur comportement.

La saisie des données en trois phases appuie cette explication parce que les enfants dont le temps d’écran est plus long à un moment donné se poursuivent au moment suivant pour avoir des progrès moins importants sur le plan du développement, mais que les enfants dont la performance de développement est faible à un moment précoce ne reçoivent pas plus de temps d’écran à un moment ultérieur points.

Association entre l’utilisation des médias d’écran et l’enseignement Performance chez les enfants et les adolescents Adelantado-Renau, Mireia ; et coll. JAMA Pédiatrie, septembre 2019.

Cette publication comprend à la fois une revue systématique et une méta-analyse de la recherche sur la relation entre le temps de l’écran et le rendement académique. Les auteurs ont identifié 58 études à inclure dans la revue systématique, qui fournit un résumé des effets qualitatifs du temps d’examen ; 30 de ces études ont été incluses dans la méta-analyse subséquente, que les auteurs ont utilisée pour calculer la taille de l’effet du temps d’examen sur le rendement scolaire.

Les 58 études de l’examen systématique comprenaient 480 479 participants âgés de 4 à 18 ans. Les articles ont été publiés entre 1958 et 2018 et représentent les efforts des chercheurs du monde entier. Les études ont porté sur l’utilisation individuelle de l’ordinateur, d’Internet, de la téléphonie mobile, de la télévision et des jeux vidéo, ainsi que sur la durée globale de l’écran. Les résultats d’intérêt comprenaient les notes scolaires, le rendement sur les études des tests de rendement, des données sur les échecs scolaires ou des résultats scolaires autodéclarés ou des résultats scolaires.

La principale conclusion de l’examen systématique était que dans la plupart des articles examinés, à mesure que le temps passé à regarder la télévision augmentait, les résultats scolaires en souffraient. Les relations étaient moins claires pour d’autres types d’utilisation de l’écran.

La méta-analyse, qui portait sur un sous-ensemble de 106 653 participants de l’échantillon plus vaste, n’a pas trouvé de lien entre le temps d’examen global et le rendement scolaire. Lorsque les auteurs ont analysé les données par type d’activité, ils ont constaté que l’observation de la télévision était liée à des résultats scolaires globaux moins bons et à des performances linguistiques et mathématiques, séparément. Le temps passé à jouer aux jeux vidéo était également lié négativement aux scores composites de performance académique. En analysant davantage les données selon l’âge, les auteurs ont constaté que le temps passé avec les écrans avait une plus grande association négative avec le rendement scolaire chez les adolescents que les enfants.

« Les résultats de cet examen systématique et de cette méta-analyse suggèrent que chaque activité basée sur un écran doit être analysée individuellement en raison de son lien spécifique avec le rendement académique », concluent les auteurs. « Cette étude souligne la nécessité d’approfondir la recherche sur l’association de l’utilisation d’Internet, d’ordinateurs et de téléphones mobiles avec les résultats scolaires des enfants et des adolescents. Ces associations semblent complexes et peuvent être modérées et/ou médiées par des facteurs potentiels, tels que le but, le contenu et le contexte de l’utilisation des médias d’écran. »

Les auteurs suggèrent que les éducateurs et les professionnels de la santé devraient concentrer leurs efforts de réduction du temps d’écran sur la télévision et les jeux vidéo en raison de leurs liens négatifs avec le rendement scolaire et des risques potentiels pour la santé en raison de leur nature sédentaire.

Le temps d’écran est associé à l’adiposité et à la résistance à l’insuline chez les enfants Nightingale, Claire M. ; et coll. Archives de la maladie dans l’enfance, Juillet 2017.

Cette étude examine la relation entre le temps de dépistage et les facteurs de risque de diabète de type 2, comme l’embonpoint grave, chez 4 495 écoliers du Royaume-Uni âgés de 9 à 10 ans. Les enfants qui passent plus de trois heures par jour à l’écran étaient moins maigres et plus susceptibles de montrer des signes de résistance à l’insuline, ce qui peut contribuer au développement du diabète de type 2, comparativement à leurs pairs qui ont déclaré une heure ou moins de temps de dépistage chaque jour. Les enfants noirs étaient plus susceptibles de passer plus de trois heures par jour sur des appareils que leurs pairs blancs et sud-asiatiques — 23 % des enfants noirs faisaient partie de ce groupe, comparativement à 16 % des enfants blancs et 16 % des enfants sud-asiatiques.

Les médias numériques et le sommeil dans l’enfance et l’adolescence LeBourgeois, Monique K. ; et coll. Pédiatrie, novembre 2017.

Le présent rapport résume 67 études portant sur les associations entre le temps d’écran et la santé du sommeil — durée de sommeil adéquate et la qualité — chez les enfants et les adolescents. Principaux points à retenir : Une majorité (90 %) des études incluses dans un examen systématique de la recherche sur le temps de dépistage chez les enfants et les adolescents ont révélé des associations défavorables entre le temps de dépistage et la santé du sommeil, principalement en raison de l’heure du coucher plus tard et de la réduction du temps passé à dormir. Les mécanismes sous-jacents sont le « déplacement du temps » (pensez à faire défiler Instagram pendant une heure qui pourrait autrement être passé à dormir), la stimulation psychologique du contenu consommé et l’impact de la lumière de l’écran sur les habitudes de sommeil. Le résultat ? Ces enfants sont fatigués. La revue de recherche citée précédemment indique également qu’une majorité d’études ont révélé un lien entre la fatigue et le temps de dépistage.

Prévalence et probabilité de respecter les lignes directrices sur le sommeil, l’activité physique et le temps d’écran chez les jeunes américains Knell, Gregory ; et coll. JAMA Pédiatrie, avril 2019.

Cette étude analyse les données des cycles 2011, 2013, 2015 et 2017 d’un enquête menée à l’échelle nationale en milieu scolaire sur divers comportements liés à la santé liés aux principales causes de décès et d’invalidité aux États-Unis. Les chercheurs se sont intéressés à savoir si les répondants répondaient aux recommandations concernant le temps consacré au sommeil, à l’activité physique et au temps de dépistage au cours d’une journée donnée. Au total, 59 397 adolescents ont été inclus dans l’ensemble de données.

Les résultats indiquent que seulement 5 % des adolescents interrogés respectaient les trois lignes directrices, c’est-à-dire obtenir la quantité recommandée de sommeil et d’activité physique et limiter le temps d’examen à moins de deux heures par jour. Il y avait des disparités entre l’échantillon en ce qui concerne les chances de satisfaire à toutes les recommandations : les jeunes de 16 et 17 ans étaient moins susceptibles que les jeunes de 14 ans et moins de respecter toutes les lignes directrices ; les participants noirs, hispaniques, latinos et asiatiques étaient moins susceptibles de respecter les trois lignes directrices que les participants blancs ; les participants en surpoids et obèses étaient moins susceptibles de respecter les lignes directrices que le poids normal  ; les participants qui ont déclaré avoir consommé de la marijuana étaient moins susceptibles de respecter les lignes directrices que ceux qui ne l’ont pas fait. Les participants qui ont signalé des symptômes dépressifs étaient également moins susceptibles de respecter toutes les lignes directrices.

Associations entre les comportements de mouvement de 24 heures et la cognition mondiale chez les enfants américains : une étude transversale par observation Walsh, Jeremy J. ; et al. The Lancet Child & Adolescent Health, novembre 2018.

Cette étude examine les trois mêmes résultats examinés ci-dessus, mais ajoute une autre composante — la « cognition globale ». Il s’agit d’un score cognitif global évalué par la Boîte à outils des National Institutes of Health — un outil de dépistage neurocomportemental basé sur l’IPAD. L’évaluation mesure diverses fonctions cognitives, y compris la mémoire, l’attention, le vocabulaire et la vitesse de traitement. L’échantillon comprenait 4 520 participants âgés de 8 à 11 ans. Seulement 5 % des participants ont répondu aux trois recommandations — et ce sont les meilleures. « Comparé à ne répondant à aucune des recommandations, des associations ayant une cognition globale supérieure ont été trouvées chez les participants qui répondaient aux trois recommandations, la recommandation relative au temps d’écran seulement et les recommandations relatives au temps d’écran et au sommeil », écrivent les auteurs.

Augmentation des symptômes dépressifs, des résultats liés au suicide et des taux de suicide chez les adolescents américains après 2010 et liens vers une augmentation du temps d’affichage des nouveaux médias Twenge, Jean M. ; et coll. Science Psychologique Clinique, Janvier 2018.

Cette étude examine la relation entre le temps de dépistage et les taux de dépression et de suicide chez 506 820 adolescents aux États-Unis entre 2010 et 2015. Les données sur l’utilisation du temps à l’écran et les problèmes de santé mentale proviennent de deux enquêtes représentatives à l’échelle nationale auprès des élèves de la 8e à la 12e année. Les taux de suicide ont été calculés à partir des statistiques nationales recueillies par les rapports sur les blessures mortelles des Centers for Disease Control and Prevention.

L’ analyse trouve un lien de modèle clair les activités de dépistage présentant des niveaux plus élevés de symptômes dépressifs ou de résultats liés au suicide [idéation suicidaire — c’est-à-dire penser au suicide — et tentatives] et les activités non liées au dépistage à des niveaux inférieurs. » Parmi les participants qui ont utilisé des appareils pendant plus de cinq heures par jour, près de la moitié — 48 % — ont signalé au moins un résultat lié au suicide. En comparaison, 29 % des personnes qui utilisaient des appareils pendant une heure par jour ont eu au moins un résultat lié au suicide.

Dans l’ensemble, au cours de la période étudiée, les taux de suicide, les symptômes dépressifs et les résultats liés au suicide ont augmenté. Les filles représentaient la majeure partie de la hausse — elles étaient plus susceptibles d’éprouver des symptômes dépressifs et des résultats liés au suicide que les garçons ; elles ont également subi des effets plus forts du temps de dépistage sur la santé mentale. En particulier, les filles, mais pas les garçons, présentaient une corrélation significative entre l’utilisation des médias sociaux et les symptômes dépressifs.

Interventions conçues pour réduire les comportements sédentaires chez les jeunes : A Examen des avis Biddle, Stuart J.H. ; Petrolini, Irene ; Pearson, Natalie. British Journal of Sports Medicine, 2014.

Cette revue examine 10 examens systématiques et méta-analyses de la recherche sur les interventions visant à réduire les comportements sédentaires comme le temps de dépistage chez les enfants et les adolescents. Les auteurs ont constaté que tous les examens inclus déterminaient « un certain niveau d’efficacité dans la réduction du temps passé dans le comportement sédentaire ». Toutefois, les effets étaient faibles. Les interventions ont eu tendance à être plus fructueuses chez les enfants de moins de 6 ans. Parmi les stratégies efficaces, on peut citer la restriction de l’accès à la télévision par le biais de moniteurs de télévision, les systèmes qui utilisent la télévision comme récompense pour l’activité physique et les interventions comportementales telles que l’établissement d’objectifs et l’établissement de calendriers pour le temps d’écran.

Pour plus de recherche sur les effets du temps d’écran, consultez notre rédaction de recherche qui montre comment les smartphones rendent les gens malheureux et comment ils sont distrayants même lorsqu’ils ne sont pas inutilisés.

Examen des avis Biddle, Stuart J.H. ; Petrolini, Irene ; Pearson, Natalie. British Journal of Sports Medicine, 2014.

Cette revue examine 10 examens systématiques et méta-analyses de la recherche sur les interventions visant à réduire les comportements sédentaires comme le temps de dépistage chez les enfants et les adolescents. Les auteurs ont constaté que tous les examens inclus déterminaient « un certain niveau d’efficacité dans la réduction du temps passé dans le comportement sédentaire ». Toutefois, les effets étaient faibles. Les interventions ont eu tendance à être plus fructueuses chez les enfants de moins de 6 ans. Parmi les stratégies efficaces, on peut citer la restriction de l’accès à la télévision par le biais de moniteurs de télévision, les systèmes qui utilisent la télévision comme récompense pour l’activité physique et les interventions comportementales telles que l’établissement d’objectifs et l’établissement de calendriers pour le temps d’écran.

Pour plus de recherche sur les effets du temps d’écran, consultez notre rédaction de recherche qui montre comment les smartphones rendent les gens malheureux et comment ils sont distrayants même lorsqu’ils ne sont pas dans